Giscard : regarder la France au fond des yeux

1981 – Affiches électorales de Valery Giscard d’Estaing pour la campagne présidentielle

1981, Valéry Giscard d’Estaing est de nouveau candidat. Sûr de lui, il s’implique paradoxalement moins pour cette campagne que pour celle de 1974. Comme le raconte le concepteur de cette campagne loupée, le publicitaire Jacques Hintzy : «  Au fond le problème essentiel de cette campagne est que VGE n’a pas eu un instant parce que la campagne a démarré très tard. »

 « Il faut un président à la France ». Quel est le sous-entendu : mon principal concurrent, François Mitterrand n’a pas le niveau (il n’a pas fait polytechnique et l’ENA comme moi). Le problème, c’est qu’il y a une deuxième lecture : je suis le président sortant or si j’affirme haut et fort qu’il faut un président, c’est qu’il n’y en a pas. Jacques Hintzy, responsable de la campagne publicitaire avoue lui-même : « La campagne n’a pas fonctionné, donc l’affiche non plus. ». Dans une autre interview, il analyse ; « Etant donné le côté non personnalisé de cette phrase, elle pouvait être également utilisée par tous les autres candidats ». Notons que le candidat utilise un stratagème suggéré par son mentor, le slogan qui apparaît sur le front du candidat-président. Selon son conseil : « Nous voulons mettre en valeur la partie la plus sensible de votre visage et non la partie intellectuelle ». Il ne faut pas intellectualiser le candidat. Le regard est distant même s’il reste séducteur. Il n’y a pas de sourire. La posture est présidentielle. Il n’y a pas d’empathie. Résultat 48 % au deuxième tour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient utilisées par M. Gregoire Milot pour m'envoyer des informations et/ou me recontacter. Mes données personnelles ne seront jamais communiquées à des tiers. Vous pouvez à tout moment révoquer ce consentement.

consectetur nec libero. vulputate, luctus sem, consequat.