La tentation de la participation

1968 – Affiche anonyme

A l’heure où la démocratie participative est une base de l’action publique- le grand débat national en étant une bonne illustration – ces affiches ont pris une saveur particulière. La participation a été un axe fort de la politique du Général de Gaulle. Elle a souvent été annoncée, mais son application est restée limitée. D’abord cette notion est assez éloignée de la participation telle que nous l’entendons aujourd’hui. Il ne s’agit pas d’organiser un grand débat public et de permettre à chacun de donner son avis sur un projet de politique publique. Non, la participation version de Gaulle, vise à permettre aux salariés des entreprises de bénéficier personnellement des résultats de celle-ci. 

Voici comment cela s’est traduit sur nos murs. Les étudiants des Beaux-Arts sont à la fois créatifs et réalistes. La participation vue sous un angle purement économique est en effet assez éloignée des aspirations participatives des citoyens. La question n’est pas de récupérer un intéressement sur les profits dégagés par son entreprise.  Les étudiants ne sont pas salariés. Ce thème les concerne donc assez peu et les fonctionnaires pas d’avantage. On a ainsi, sur ce sujet, un vrai décalage entre les partis d’avant qui se sont contentés des accords de Grenelle et le mouvement de mai qui aspire à « autre chose ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient utilisées par M. Gregoire Milot pour m'envoyer des informations et/ou me recontacter. Mes données personnelles ne seront jamais communiquées à des tiers. Vous pouvez à tout moment révoquer ce consentement.

leo eget Nullam massa diam consectetur dictum mattis suscipit velit, pulvinar quis,