Méfiez-vous des sondages

Le mouvement de mai se méfie des sondages. Le point de départ est sans doute lié à un sondage réalisé par l’IFOP au moment où le Général de Gaulle décide de dissoudre l’assemblée en 1968. L’étude révèle qu’une majorité de Français approuve son action. Déjà, un sondage réalisé par le même institut en 1966 rendait un verdict sans appel : 72 % des jeunes se désintéressent peu ou prou du droit de vote à 18 ans dont quatre filles sur cinq.  Le sondage favorable au pouvoir gaulliste a un impact certain et suscite de nombreux soupçons de manipulation. Pour répondre à cette situation, un vote des mineurs a été organisé dans certaines communes. Cette « opération « Maturité-Majorité » a été lancée dans de nombreuses villes à l’initiative des municipalités, de la CFDT ou de Maisons de jeunes. La participation a certes été mesurée mais non ridicule. 318 votants à Saint-Germain-en-Laye et 1 074 à Suresnes, faisant la queue dès 8 heures du matin pour participer au scrutin. La surprise est que, même si les résultats sont proportionnellement plus à gauche que la moyenne des Français (un PSU à 18 % à Suresnes ou Chateauroux), l’UDR et les centristes ne sont pas écrasés. La « chambre introuvable » pour le Général de Gaulle révèle en tout cas le décalage entre le bruit médiatique et la réalité politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient utilisées par M. Gregoire Milot pour m'envoyer des informations et/ou me recontacter. Mes données personnelles ne seront jamais communiquées à des tiers. Vous pouvez à tout moment révoquer ce consentement.

risus. dictum diam id felis Lorem eget mattis